Comment calculer la valeur "U" d’une toiture verte ?

Tout calcul de « U » repose sur la conductivité thermique des matériaux de la paroi considérée. Dans le cas d’une toiture végétale, la conductivité thermique d’une couche de terre peut fortement varier dans le temps selon les conditions atmosphériques et la présence ou non d’un système de drainage du toit.

Ainsi, le point 7.3.4 de la NBN B62-002(2008) stipule qu’une « résistance thermique additionnelle pour les toits verts tient compte d’une valeur par défaut de 2 W/mK en ce qui concerne la conductivité thermique de la terre. Dans le cas où l’épaisseur (moyenne) de la couche de terre n’est pas connue, une valeur par défaut de 0,05 m²K/W est prise en considération pour la résistance thermique de la couche de terre. »

En cas de présence d’une couche de drainage, il est possible de la considérer comme une couche d’air peu ou pas ventilée.

D’autres valeurs de conductivité thermique de matériaux généralement mis en œuvre dans une toiture végétale sont également renseignées dans cette même norme.

Remarque :

L’intérêt des toitures végétales ne réside pas dans l’amélioration des performances thermiques de la paroi. Celles-ci sont généralement utilisées pour leur pouvoir drainant, permettant de temporiser l’évacuation des eaux de pluies, et leur inertie qui permet d’augmenter la durée de déphasage de la paroi en période estivale et hivernale.

L’équipe technique de la pmp reste toujours disponible pour d’éventuelles questions techniques. N’hésitez-pas à nous contacter par téléphone ou par mail.

A lire également :

  • la NIT 229 : « Toiture végétale » publiée par le CSTC