Quel est le meilleur isolant ?

Tout comme il n’y a pas de meilleur véhicule dans l’automobile, il n’y a pas de meilleur isolant dans la construction !

D’un point de vue thermique, chaque isolant à des propriétés intrinsèques qui feront de lui un isolant de bonne qualité, un isolant « standard » ou un isolant de moindre qualité. Parmi ces propriétés, figurent ;

La conductivité thermique (λ) du matériau

Elle exprime la quantité de flux de chaleur traversant un mètre de matériau par degré de température. Concrètement, plus cette valeur est petite, plus le matériau est isolant.

L’épaisseur du matériau

A épaisseur égale, deux matériaux isolants n’auront pas les mêmes performances thermiques. En effet, leur conductivité thermique agira en leur (dé)faveur.
Une relation simple permet de lier ces deux premiers paramètres :

R=e/λ

Où :
e = l’épaisseur du matériau (m)
λ = la conductivité thermique du matériau (W/mK)
R = la résistance thermique du matériau (m²K/W)

Pour une même résistance thermique, un isolant comme la fibre de bois (λ= 0,040 W/mK) devra donc avoir une épaisseur plus importante qu’un isolant de type polyuréthane (λ= 0,023 W/mK) … mais aura un coût environnemental bien plus intéressant.

Sa qualité environnementale

Nous avons très souvent tendance à opérer le choix d’un matériau isolant sur base de ses performances hygrothermiques. L’impact sur l’environnement de ce matériau n’est pas toujours au centre des préoccupations du candidat bâtisseur non averti. Et pourtant, l’enjeu pourrait être de taille. En effet, l’énergie économisée en besoin de chauffage pour le bâtiment pourrait, au final, être consommée, voire dépassée, par celle consommée durant toutes les étapes d’extraction, transformation, transport, … nécessaires à la fabrication du matériau.

La quantification de l’énergie consommée pour cette fabrication est généralement déterminée par ce que l’on appelle une « analyse de cycle de vie » (ACV) du matériau. Cette étude, longue et complexe, consistant à établir un champ d’études dans lequel tous les intrants ayant, de près ou de loin, un impact sur l’environnement seront précautionneusement listés pour chacune des étapes de fabrication du matériau. Il en résultera un bilan énergétique global caractérisant l’impact environnemental (en matière de gaz à effet de serre, de faune, flore, eutrophisation du milieu de vie, …) de la production de tel ou tel matériau.

En résumé

La combinaison de bonnes performances hygrothermiques et d’un faible impact sur l’environnement pourrait être la définition du « meilleur isolant ». Mais la disponibilité d’ACV pour chaque type de matériau est encore en cours d’étude.
De manière générale, on pourrait admettre qu’un matériau isolant performant, tant pour le bâtiment, ses occupants que pour l’environnement, est un matériau alliant performances hygrothermiques, méthodes de production respectueuses de l’environnement et production favorisant les ressources locales évitant la démultiplication des transports.